Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /var/www/vhosts/hotel-aurena.fr/httpdocs/wp-content/plugins/conveythis-translate/index.php on line 2709
Nos histoires de famille – Hôtel Auréna

Découvrez l’histoire de notre hôtel

Bien plus qu’un simple hôtel, découvrez toute l’histoire d’un bâtiment construit et développé par une famille.

Notre famille

Dans une ambiance conviviale et professionnelle, toute l’équipe est à votre écoute pour répondre au mieux à vos attentes.

Valérie –

Notre réceptionniste, généreuse, altruiste et qui aime le travail bien fait !

Yvette –

Elégante, pétillante et toujours de bonne humeur !

Marie-Noëlle –

Discrète, mais hyper efficace !

Delphine –

Notre directrice au grand cœur.

Karine –

Joyeuse et bonne vivante !

La famille Dalbin

Avant son ouverture en hôtel, le bâtiment a connu une autre vie : celle d’usine à parapluies de la famille Dalbin.

Le saviez-vous ?

Alexandre Périer est le premier fabricant de parapluie aurillacois. C’est en 1844 qu’il pose ses valises dans le Cantal et ouvre son atelier place de l’Hôtel de Ville. Son associé Durand Lafon ouvrira, quelques années plus tard, La Manufacture Parapluies et Ombrelles (49 avenue de la république) l’une des principales industries aurillacoises du XXème siècle.

En 1925, la famille Dalbin reprend le bâtiment. L’entreprise résiste à la guerre même si elle voit sa production fortement chuter. En 1975, l’entreprise déménage à Sistrieres, aujourd’hui le 41 avenue Georges Pompidou.

Jean Marc Dalbin, fils d’Antoine nous raconte :

« Enfin l’usine 49 av de la république je l’ai bien connue car nous avons déménagé à Sistrières quand j’avais 15 ans.  Je me souviens de mon père rechargeant la chaudière tous les dimanche soir pour essayer en vain de chauffer ce bâtiment atypique …..mais si froid l’hiver…..mon père avait même créer une pièce calfeutrée pour que les piqueuses puissent travailler l’hiver…….autre temps….. »

 

Quelques souvenirs du passé de l’usine sont encore à l’hôtel. Parviendrez-vous à les retrouver ?